Portrait d’Anna, en tour du monde en solo depuis 8 mois

anna-tour-monde-solo-portrait

(An English Version of this article is available here)

J’ai rencontré Anna à l’auberge de jeunesse, à Vancouver. Nous partagions la même chambre. Quand elle m’a dit qu’elle voyageait toute seule autour du monde depuis 8 mois, j’ai tout de suite eu envie d’en savoir plus…

Peux-tu te présente en quelques mots ?

Je m’appelle Anna, j’ai 26 ans, et je vis… Enfin, je vivais en Allemagne. J’ai quitté mon travail pour voyager, et maintenant je suis en train de faire un tour du monde.

 

Que fais-tu ici à Vancouver et quel a été ton itinéraire jusqu’ici ?

J’ai commencé mon tour du monde l’an dernier, en octobre. J’ai débuté en Asie, au Vietnam, ensuite je suis allée à Singapour, en Indonésie, puis Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Chili, Uruguay, Brésil, et maintenant je suis au Canada, depuis avril dernier. J’ai commencé par Toronto. Ici à Vancouver, je visite différents lieux, des parcs… Je reste un peu plus longtemps ici car juste avant j’étais en roadtrip.

 

Pourquoi as-tu décidé de te lancer dans un tel projet ?

Il y a eu plusieurs choses qui concordaient. Je me suis dit « Je ne suis plus heureuse dans ma vie quotidienne, je veux changer quelques chose». Je voulais changer de travail, mais je ne savais pas trop ce que je voulais faire. J’avais beaucoup aimé voyager durant les dernières années. Je gardais toutes mes vacances pour des séjours en Thaïlande, en Nouvelle-Zélande… Et j’ai réalisé que j’adorerais voyager pour une période plus longue qu’un mois. Donc j’ai décidé de démissionner, et d’utiliser ce temps libre pour voyager et… je suis heureuse de l’avoir fait.

 

Comment t’organises-tu ? Est-ce que tu planifies les choses bien en avance ou tu vis au jour le jour ?

En Allemagne, j’étais quelqu’un de très organisé. Tout était bien planifié, c’était difficile pour moi de faire les choses sans organisation préalable. Donc j’ai décidé de réserver tous les billets d’avion pour ce voyage. Je les ai réservés avec STA travel, une agence spécialisée pour les jeunes et les gens qui voyagent autour du monde. Donc j’ai réservé mes vols jusqu’à Toronto, mais sans billet de retour. En plus de cela, j’ai aussi réservé des hébergements pour une ou deux nuits dans chaque ville dans laquelle j’atterrirais. Mais tout le reste, je le planifie une fois arrivée dans le pays. Je pense que c’est la meilleure solution car tu peux demander aux locaux, à l’hôtel, rencontrer d’autres voyageurs… Donc tu obtiens plus d’information à propos de la ville, et pas les trucs super touristiques.

Mais je ne suis pas sûre qu’à l’avenir je réserverai à nouveau mes billets d’avion à l’avance comme cela. Parce qu’après seulement 3 semaines de voyage, j’ai réalisé que je voulais changer mon itinéraire, et j’ai dû annuler un billet. Je voulais rester plus longtemps en Asie.

 

Je ne suis pas ravie de te poser cette question, mais que peux-tu dire à propos du fait de voyager seule en tant que femme ?

Au début, j’étais un peu effrayée de partir seule, notamment en Amérique du Sud. Mais après 8 mois de voyage en solo, pas de problème de sécurité. Bien sûr tu dois faire attention à tes affaires, mais c’est le cas dans chaque ville, chaque pays, chaque métro… Je pense vraiment que c’est possible de voyager seule. J’ai même rencontré plus de voyageuses solos que de voyageurs solos. J’étais très surprise d’ailleurs, je n’aurais pas pensé cela quand j’étais encore en Allemagne.

Je pense que la peur vient souvent des autres (amis, famille). Au début tu as peur, mais plus tard tu remarques souvent que ce ne sont pas tes propres peurs, mais celles que les autres t’ont transmises. Des « autres » qui n’ont aucune idée de ce genre d’expérience, et qui n’ont jamais voyagé comme cela. 

 

En parlant de ta famille et des tes amis, comment ont-ils réagi quand tu as annoncé ton projet de tour du monde ?

J’ai commencé assez tôt à leur faire part de ce que j’avais en tête… « Peut-être qu’un jour, je partirai voyager autour du monde »… Ensuite les choses se sont précisées, j’ai fait beaucoup de recherches, j’en ai beaucoup parlé. Je pense que mes parents étaient surpris au début, ils étaient heureux, et en même temps un peu tristes. Parce que… il n’y a pas d’issue déterminée. Et puisque je partais seule, en tant que fille, au début tout le monde avait peur. Mais ils m’ont beaucoup aidée et encouragée.

 

Tu m’as parlé il y a peu de quelque chose d’intéressant. Parfois quand tu es dans un pays, et que tu as une pensée particulière, marquante, tu t’envoies un cadeau à la maison, en Allemagne, qui est lié à ton état d’esprit du moment. Peux-tu m’en dire plus à ce propos ?

Quand tu voyages seule, tu as beaucoup de temps, tu te connais mieux et parfois tu arrives à avoir une autre vision de toi-même, de choses qui t’intéressent mais dont tu n’avais pas conscience. J’étais en Australie, en Adélaïde, et je faisais une randonnée. J’ai beaucoup pensé. Des pensées positives. J’ai pensé à la technique Pomodoro (NDLR : il s’agit d’une technique de gestion du temps, pour en savoir plus, cliquez ici). Je me disais que je voudrais bien l’essayer une fois à la maison. Donc je me suis acheté un chronomètre sur internet, je l’ai envoyé en Allemagne, avec un petit mot. Quand je serai de retour et que je l’ouvrirai, je pourrai me souvenir des pensées positives que j’avais durant cette randonnée. J’espère que le ferai.

 

Aurais-tu un conseil pour les gens qui aimeraient faire comme toi mais n’osent pas se lancer ?

Je pense qu’il est important de vraiment s’écouter, profondément. Et ne pas trop écouter les autres voix tout autour de soi. Quand tu veux vraiment faire quelque chose, quand tu y penses tous les jours, je pense que tu peux le faire. C’est important de poursuivre tes rêves, et de ne pas les oublier dans la vie quotidienne. Tu es toujours stressée, tu oublies tes rêves ou tu ne réalises pas que c’est accessible. Pendant un ou deux mois, j’ai pensé chaque jour à propos de ce tour du monde. Dans ces moments-là, ça devient plus limpide, plus coloré, et tu as vraiment envie de te lancer.

 

Un conseil pratique également ?

C’est utile d’avoir quelque chose comme un foulard que tu peux utiliser comme… une écharpe, une couverture, une serviette sur la plage… Quelque chose que tu peux utiliser de différentes manières, c’est très pratique car tu n’as pas assez de place pour emporter tout ce que tu souhaiterais.

 

Y a-t-il une chanson ou une citation qui t’inspire pour ce voyage ?

Mon premier voyage en “backpack », c’était en Nouvelle-Zélande. J’ai entendu la chanson « River flows in you », du pianiste Yiruma. Depuis ce jour, c’est la chanson qui m’aide à réaliser où je suis, ce que je vois, ce que j’ai vu durant les jours précédents… C’est un morceau calme, vraiment spécial à mes yeux. Depuis que je voyage, je l’écoute à chaque fois que je souhaite me calmer et réaliser ce qui se passe. Car tu as tellement d’inputs chaque jour. Et lorsque je suis partie d’Allemagne, mes amis et ma famille ont organisé une fête d’adieu. Ils ont écrit une chanson pour moi, donc évidemment celle-là est également spéciale à mes yeux.

 

Où peut-on suivre ton aventure ?

Voilà mon blog : www.annabroad2017.wordpress.com (écrit en allemand)

Séparateur

Merci à Anna d’avoir pris le temps de répondre à mes questions ! C’était génial de faire cette interview, sur le rooftop de notre auberge de jeunesse à Vancouver, et de rencontrer une personne aussi inspirante que toi😊

 

2 Replies to “Portrait d’Anna, en tour du monde en solo depuis 8 mois”

  1. C’est cool de suivre tes aventures et tes rencontres Elise, continue !

    1. Hello Thibault, merci beaucoup pour ton commentaire ! Ca me fait bien plaisir et ça m’encourage à poursuivre ! J’espère que tout se passe bien pour toi, en tous cas toi aussi continue la photo, tu es vraiment doué pour ça 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.